KER THIOSSANE

Ker Thiossane est un centre d'art multimédia basé à Dakar au Sénégal

L'équipe de Kër Thiossane, en collaboration avec Dieynaba Gabrielle Ndiaye, enseignant-chercheur en psychologie sociale à l'Université Cheikh Anta Diop de Dakar (Faculté des lettres et des sciences humaines) a réalisé une quinzaine d'entretiens filmés. Voisins, artistes, acteurs de la société civile, militants, chefs religieux, etc. ont été interrogés en wolof sur leur perception du vivre ensemble aujourd'hui au Sénégal.

Capture d’écran 2021-03-10 à 09.11.32.pn

POWER TO THE COMMONS SÉNÉGAL

Au fil du festival, de nouvelles vidéos vous seront proposées, en wolof, français et en anglais. Au programme Gouvernance & Communs - Définitions des Communs - Nature & Communs - Voisinage & Communs - Éducation & Communs - Paix & Communs  - Vivre-ensemble & Communs - Traditions & Communs - Artistes et Communs - Covid & Communs - Spiritualité et Communs.

L'ECOLE DES COMMUNS - un laboratoire sociétal basé sur l'expérimentation artistique, la culture libre et les savoirs partagés


Au coeur de la capitale dakaroise, l'école des Communs de Kër Thiossane a pour objectif de développer ou consolider des actions de solidarité,de voisinage et de citoyenneté, à travers l'art et les technologies. Elle cherche la possibilité d'élaborer des « solutions » aux problèmes urbains et sociaux, sur la base de rencontres et de projets divers, de défendre la conscience d'un intérêt commun.

IMG_0135.JPG
RESTITU FAB_16.jpg

Alors que le mouvement des Communs commençait au Nord à créer des Écoles de type Universités populaires, en 2013, Kër Thiossane a voulu formaliser les actions amorcées depuis 2012 autour des biens communs, au Sénégal, en ouvrant une école où l'En-Commun serait expérimenté, au quotidien, dans son quartier, autour d'un jardin artistique partagé et d'un pôle Fablab, au cœur de l'espace public. Un espace de recherche et d'expérimentation transdisciplinaire ouvert, croisant art, technologie, écologie urbaine, économie, et pratique de bon voisinage. 

Kër Thiossane a basé cette école dans son quartier de Sicap, un quartier connu pour avoir été le premier quartier résidentiel de la capitale pensé par le président Senghor qui s'est considérablement dégradé en quarante ans. C’est sur un espace de copropriété délaissé du voisinage, autrefois jardin public devenu dépotoir et lieu d’agression que Kër Thiossane a implanté l’Ecole des Communs. En accord avec les habitants des immeubles mitoyens et les institutions locales, le « jardin artistique Jet d’eau » et le fablab « Defko Ak Niep" (Fais le avec les autres) ont abord été amorcés en 2014 puis un pôle d’éducation à la permaculture le « Jardin solidaire » en 2016. 

20190708_094406.jpg
P1011381.JPG

Dans ce cadre, l'association propose régulièrement des contenus artistiques et numériques de qualité, basés sur la culture libre et le partage des savoirs. À travers des activités alternant interventions d’artistes, cultures urbaines ou traditionnelles, ateliers dédiés aux technologies de pointes, à l'électronique, la botanique…, rencontres et discussions publiques, Kër Thiossane a en quelques années rendu tangible cette utopie de recréer du commun et de l'espoir sur cet espace public jusque-là laissé à l'abandon, dont tout le monde se lamentait. Cette école des communs a véritablement déclenché un déclic dans l'esprit des habitants des immeubles et du quartier sur la possibilité de reprendre en main leur cadre de vie.